Pokémon Life
Forum RPG de Pokémon Free.

Incarnez un Pokémon (ou un humain) vivant sur la magnifique île de Seikan (ou de Yokuba) !


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Première Ronde [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Première Ronde [Libre]   Lun 19 Sep 2011 - 21:52

[D'abord, avant d'éviter la grande confusion, j'ai été validé par Noctis. Or, on ne m'a pas incorporé à mon groupe, d'où le pseudo bleu-vert des nouveaux membres.]
RP #1
Il s'agissait d'une première ronde pour moi. J'avais commencé sur l'île, de nuit. Le sable avait taquiné longuement mes pattes et les échos de la mer avait bercé mes oreilles et calmé mes pensées. Mes amis, comme ils me manquaient. Raikou, Suicune... Nos rondes, nos passages. Nos attaques, triplées. Nos foulées égale, exactes, nos empreintes de liberté. J'avais mis tant de temps à comprendre... Mes pensées territoriales m'avaient obscurci les yeux et fermé les paupières - et dire que dès que je m'adaptais, je déboulais jusqu'à cette île... Mais j'avais confiance en cet endroit. Il était vivant, pur. J'avais l'impression qu'il me ressemblait. Taciturne, silencieux, mais vivant. Énergique mais calme. Étoffé mais reposant. De nuit, tout du moins. J'avais croisé quelques fauves, quelques canidés. Des Pokémons de toutes espèces, de toutes couleurs, endormies. J'avais cru apercevoir quelques spectres. J'avais pensé entendre de longs hurlements livrés aux morts.

Cet endroit me ressemblait vraiment. Je sautai, un saut long, puissant, calculé, et atterrit en équilibre sur un tronc mort, perché entre deux arbres qui devaient y être depuis des années. Mes griffes s'enfoncèrent sans difficulté dans l'écorce. Je fermai les yeux et humai l'air délicat de la forêt. Chaque petite parcelle de vie semblait dégager une odeur. La sève, les fruits, les pokémons endormis, les cours d'eau limpide, les mottes de terre témoins de courses vers je-ne-sais-où... Mon regard rouge revint sur les arbres, puis trouva son chemin jusqu'au ciel, où quelque chose volait. Une grande ombre virevoltait, décrivant des ronds dans le ciel. Il devait être gigantesque, vu la proportion qu'il camouflait malgré son altitude. Je me surpris à fléchir les muscles et chercher un point de saut, dans le simple but de le voir de plus près. Mais ne trouvant point d'appui, je dus renoncer à cette envie. Je me redressai, la cape naturelle ondulant sur mon dos, puis descendit du tronc. Le sol couvert de mousse et de terre me reçut sans me blesser. J'inspirai, puis repris ma course folle. J'enjambai racines, plantes, branches, rochers. Mes yeux guettaient les obstacles sans regarder sur les cotés, fondu de vert, de bleu, de brun foncés. Bientôt, l'adrénaline me submergea et je laissai échappé un aboiement soulagé, empreint de liberté, de bonheur. Je soulevai un peu la tête, fermai les yeux puis... m'accrochai. Mes pattes se prirent dans quelque chose de dur que je ne pus identifier, puis mon corps lourd s'écrasa au sol. Je tentai de chasser le choc en secouant la tête, puis, me relevai sans perdre un instant. Quelques épines et décombres de terre s'étaient entremêlés dans mon pelage, mais il ne s'agissait pas d'un très grand malheur. Je n'avais pas mal, mes pattes n'avaient rien, mes sens étaient alertes. Essoufflé, je patientai quelques instants et repris ma ronde à la marche, redécouvrant la forêt d'un œil plus paisible. Une mère Voltali et ses deux petits Evoli dormaient à point fermé sur un tapis de fougères, au loin. Je m'immobilisai, contemplant le spectacle. Était-ce déplacé ? Je n'avais nulles mauvaises intentions. Seul l'envie d'être un jour étendu contre mes petits, des petits que j'aurais eu suite à la trouvaille de l'amour... On pouvait bien rêver, n'est-ce pas ? Du moins, avec mes amis, j'en avais le droit. Ils m'ont appris à rêver... Aujourd'hui, je rêve d'eux. De les revoir... Mais je m'égare.

Les petits dormaient à poings fermés lorsque les oreilles de la mère frémirent étrangement. Puis, ses yeux s'ouvrirent et elle se jeta contre ses petits, sauvagement. Croyant être la menace, je reculai vivement, penchant la tête afin de m'excuser en dépit de mon innocence. Mais ce n'était pas moi. Je n'étais pas le danger. Le truc l'était. La silhouette qui volait, immense, dans le ciel. Un Drattak... Un Drattak fusait de la voûte étoilée jusqu'aux petits. Cloué sur place, je mis quelques temps avant de réagir. Je me braquai devant la mère et lançai un grand coup de patte au Drattak, qui rugit et remonta de quelques mètres.


- Partez ! hurlai-je à la mère, qui saisit ses petits et fila dans la nuit, me laissant seul avec le dragon sauvage.

Il remarqua bien sûr la disparition de ses proies et revint à la charge - nous luttions comme des animaux dépourvus de pouvoirs dès qu'il s'approchait. Mes pattes contre ses ailes et ses griffes. Ma force contre sa vitesse. Bientôt, tandis qu'il remontait, je me ramassai sur moi, attendant l'impact. Dès qu'il fut près du sol, je me ruai à sa rencontre et nous fonçâmes l'un sur l'autre en une série de grondements puissants. Nous tombâmes au ralenti, du moins, ce fut mon impression. Puis, rien. Je ne vis plus le dragon. Je ne me relevai pas, cette fois, rampant faiblement à l'ombre d'un grand pin. Je n'avais que des blessures mineures, mais n'étant pas un grand combattant, je préférais éviter que tout vire en bain de sang. Mes yeux se fermèrent, mon menton posé contre mes pattes avant. Je soufflai.
Revenir en haut Aller en bas
 
Première Ronde [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La première ronde est terminé!
» Première ronde draft 2015
» Pour la première fois... [Libre]
» Lycée Magnostadt : L'election des délégués de classe de première es [libre]
» Première impression [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Life  :: Le RPG - Seikan :: La Forêt Mori-
Sauter vers: