Pokémon Life
Forum RPG de Pokémon Free.

Incarnez un Pokémon (ou un humain) vivant sur la magnifique île de Seikan (ou de Yokuba) !


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rick
Volonté Impétueuse
avatar

Messages : 1682
Date d'inscription : 11/12/2009
Age : 22

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]    Mer 18 Avr 2012 - 12:00

[HS]Hum, désolé pour le début, j'ai décidé de raconter un petit peu plus sur les circonstances de mon personnage que sur le lieu où il est, étant donné qu'il est "nouveau" sur Seikan, je me suis dit que ce serai bien de ne pas trop me focaliser sur une seule action histoire de vraiment construire un contexte à son départ sur l'île. ^^'[/HS]

Pourquoi je m’infligeais cela ? je n'en avait pas la moindre idée, mais de la plage je ne les voyais pas assez bien à mon goût, toute ces petite lumières qui avait eu longtemps se pouvoir apaisant sur moi et sur Malika, ces petite choses qui apparaissaient une fois que le se soleil nous tournais le dos, ces petite loupiotes qui crient tous ensemble un "tu ne sera jamais seul." mais qu'on ne peux pas entendre, du moins c'est ce que prétendait Malika.

Souvent, le soir des journées chaude d'été, elle nous proposais de nous allonger dans le jardin familial et d'observer les étoiles, elle disait que c'était une chose qu'elle trouvait de toute beauté, comme des petites lucioles, elles ne cessaient de les regarder avec ce regard qu'elle n'avait d'habitude qu'avec nous, ce regard apaisé et plein d'amour à la fois, ce regard qui pouvais faire faiblir toute l’agressivité dont nous étions tous capable. Elle aimait beaucoup ces moments, nous étions au calme, ces parents dormaient souvent à cette heur ce qui lui conférait une liberté que Malika appréciais grandement, c'était en effet les moments que appréciaient le plus souvent. Elle nous faisais l'honneur de jouer cette terrible mélodie, celle dont elle prenait le soin de jouer nul part que devant nous. Ses parents ne l'avaient jamais entendu, celle qu'en tournois elle n'utilisais jamais. Celle qui venait du plus profond d'elle-même, cette mélodie qui lui arrachait souvent des larmes, je n'ai jamais su si c'était des larmes de tristesse où de joie, et je ne le saurai jamais, mais j'ai la prétention de penser que c'était des larmes qui ne reflétaient ni l'un ni l'autre, c'était des larmes, c'était juste ça, le moyen de dire "le cœur dans ma poitrine brûle toujours". Ce cœur qu'elle prenait soin de préserver des agressions familiales et de la pression des concours.

C'est la larme qui avait coulé de mon œil qui m'arracha de ma réflexion en tombant sur ma patte, j'étais donc en train de gravir cette montage, dans le seul et unique but de voir mieux celles qu'elle avait l'habitude de surnommer les "reines de la nuit". Je ne sais pas pourquoi j'avais besoins de ça, j'aurai mieux fait de me trouver un endroit où "loger" et de quoi me nourrir, mais le cœur qui battait dans mon buste me hurlais de le faire, en sa mémoire, la mémoire de ma déesse défunte ... J'aurai bien aimé sentir une dernière fois sa patte parcourir mon pelage, voir son regard se braquer sur moi, son sourire me ravir ... Malika était un peu mon soleil, maintenant que nous sommes séparés, il ne me reste plus que ces étoiles pour ne pas être seul. Pathétique n'est-ce pas, d'avoir eu un soleil pendant tant de temps puis de se retrouver à contempler les étoiles pour ne pas sombrer dans la solitude la plus totale ? j'avais mieux à faire que de me soucier de cela mais je trouvais ça quand même décevant.

La neige sous mes pattes arrachait la chaleur que je produisais en courant à toute allure, et le vent ébouriffait mon pelage qui, si il était doté de parole, hurlerait "Brossez-moi, pitié !". Gravir une montagne ? C'était pas si facile que ça en avait l'air dite-vous ? J'en doute, les flan de cette montagne avaient l'air d'avoir été battu par le passage de Pokémon titanesque, je frémis rien qu'a penser a la taille et au poids qu'il devaient avoir atteindre pour rôder à un tel point cette montagne. Bref, en seulement 3 où 4 heures de course acharnée, je me suis retrouvé sur le point le plus haut de la montagne, et je m'installa de sorte à pouvoir contempler les étoiles, mais rapidement le contre-coup de mon effort se fit ressentir, oui j'étais entrainé à faire de longue performances, mais la j'avais grandement abusé, je n'avais pas couru en permanence à la même allure, mais ce n'est pas pour autant que je n'étais pas mort de fatigue. Quoi qu'il en soit, je me suis rapidement endormis. je ne sais pas combien de temps cela à duré, mais quand je me suis levé, le soleil commençait déjà à foutre tout ce beau spectacle en l'air en projetant tout ces rayons orange dans toute les directions, le ciel c'est vite gorgé de cette couleur, cachant les étoiles à ma vue tant que ce tyran tiendra en otage le ciel.

Le soleil était donc revenu sur ce lieux, mais la chaleur de l’environnement n'avait pas pour autant augmentée, et le froids commençait doucement à gagner mes os, il aurai été ridicule de mourir de froid pour un Pokémon feu de ma prestance. Rapidement, je m'éloigna donc des haut lieux montagnard, enfin je m'éloigna, je quitta jute le pic de la montagne, mais sur le chemin du retour, je rencontra un lac dont l'eau cristalline m'inspira une envie irrésistible de nettoyer ce pelage, malheureusement elle présentait une température qui devait pas être plus élevée que celle d'un glaçon à peine dégelé. La stratégie fut la suivante, une attaque Boutefeu sur l'eau, ça peux paraître bizarre, mais ça me réchauffa et réchauffa l'eau à la hauteur de mes espérances. Une fois propre, la marche à suivre pour être sec était la même sauf qu'il ne fallait plus longer dans l'eau après, ce que l’exécuta avec brio. Sec, propre et plus congelé, j'étais aux anges, enfin je l'aurai été si ce vide avait arrêté de se faire ressentir dans ma poitrine, mais il fallait passer à autre chose.

La prochaine activité fut de se nourrir, malheureusement en altitude les arbres fruitier que j'avais l’habitude de voir n'étaient pas présent, et je n'avais pas envie de quitter le lac. Je me résolu à gouter une baie étrange qui poussait sur un arbuste non loin, le goût de celle-ci était tellement acre que j'ai eu du mal à l'avaler, mais dès que ce fut chose faite, je me jura de ne plus recommencer. Il était temps d'aller se nourrir, et j'avais -par chance- observé quelques minutes plus tôt une forêt. Et je comptais bien trouver de quoi m'y nourrir.

Une fois arrivé sur les lieux, j'étais à nouveau aussi crade qu'avant de plonger dans mon bain matinal, je pense qu'il fallait se résigner, je ne serai jamais propre sur cette île immonde. Rapidement, je trouva des arbustes familiers, et je me prépara un petit festin, enfin il n'y avait que des baies Oran mais chasser était pas réellement dans mes projets alors j'ai décidé d'appeler ça un "festin". Toute fois, alors que je travaillait corps et âme dans ma cueillette, un bruit étrange m'interpella. Je décida d'abandonner la branche pleine de baie que j'avais dans la gueule, et je me mit en position d'attaque, tout en grognant vivement, je me prépara à attaquer, des flammes apparurent entre mes crocs, il suffisait d'attendre pour projeter mon attaque, j’espérai sincèrement que la créature que j'allais attaquer serait pas trop brûlée, et comestible ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fox
Sly Ninetales
Sly Ninetales
avatar

Masculin Messages : 24
Date d'inscription : 03/10/2011

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]    Mer 18 Avr 2012 - 15:25

Cela faisait quelques temps maintenant que j’avais débarqué sur cette île. La notion du temps, je ne l’avais plus vraiment depuis que je n’avais plus accès aux énormes panneaux d’affichage de ma ville. Mais même si mes instincts de Pokémon vivant dans une nature sauvage n’étaient pas très aiguisés, je savais que cela faisait longtemps, car en arrivant, le Soleil m’écrasait, alors que maintenant, la neige avait recouvert chaque centimètre carré de l’île (ou en tout cas, de tout ce que j’avais parcouru jusque là).
J’avais réussi à m’acclimater à cet endroit, à ce monde. Quand j’y pense, les humains de Volucité ne sont pas très différents des Pokémon sauvages qu’il y a ici. Et ma vie, elle avait repris son chemin, comme si j’étais dans ma ville. Oh oui, les poubelles me manquaient, ma notoriété aussi, mais ici, je pouvais toujours voler et ruser pour trouver ce qu’il me fallait. En plus, pour trouver de l’eau, c’était encore plus simple qu’avant. Même chose pour les Baies, d’ailleurs. En fait, mon plus gros problème, c’était de ne pas me sentir dégoûté par le fait de manger des Pokémon. Dans ma ville, ce que je mangeais n’avait plus réellement de forme, alors qu’ici, je m'étais bien rendu compte que la viande venait de Pokémon… Enfin, on s’y fait ! Eh puis, la vie sauvage a aussi de bons côtés, comme le ciel que je peux enfin admirer sans devoir grimper en me faisant très discret au sommet des hauts immeubles de toute façon trop lumineux pour laisser apparaître les étoiles.

Bref, la nuit, c’est le moment de la chasse. Mais pas pour moi, pour les autres. Les prédateurs, j’ai pu le constater, sont plus efficaces lorsqu’il fait nuit noire, et particulièrement dans la forêt, où ils sont capables de bondir de n’importe où pour fendre sur une proie soigneusement décidée avant de la mettre en pièces. Mon rôle ? Apparaitre un peu plus tard, quand ils avaient déjà mangé ou pas encore, selon le degré d’intelligence du carnivore. Même ici, je faisais ce que je savais faire de mieux : ruser et voler. Et chaque victoire me faisait jubiler intérieurement, en plus du fait que je ne devrais pas rester l’estomac vide.

Et cette nuit, mes victimes furent deux Absol, dont la victime était un Tauros. Quelle proie affriolante ! Ils avaient eu du mal à l’abattre, tandis que moi, j’observais du haut d’un arbre. L’un des deux y avait même laissé du sang, et l’autre, une partie de sa lame. Mais ils étaient tous les deux face à ce cadavre de bovidé, fraichement tué, fiers d’eux, et impatients de déguster. Par chance, j’avais l’art et la manière de faire tourner en bourrique mes adversaires, et c’était encore plus facile face à deux Pokémon morts de faim et vivant ensemble. Je les ai montés l’un contre l’autre, tout simplement. Ils finirent par se battre, sans plus penser au Tauros. Tandis que moi, je m’étais échappé discrètement avec la carcasse.

En parlant de ça, un Tauros, c’est très lourd. J’avais passé une bonne partie de la nuit à le trainer, enfonçant mes crocs dans sa chair jusqu’à ce que le sang coule sur mes babines. Oui, j’étais devenu très sauvage et très « nature ». Ce sang, bien qu’il m’ait dégoûté au début, ne me faisait plus frissonner, au contraire, il me désaltérait… J’en étais arrivé là.
Je trainai donc ce cadavre pendant des heures et des heures. Par chance, les Absol ne me suivirent pas, peut-être étaient-ils toujours en train de se battre, d’ailleurs. Tout ce que je souhaitais maintenant, c’était ne pas tomber sur un autre prédateur qui convoiterait mon butin. Et surtout, trouver un endroit tranquille où savourer mon mets. J’avais déjà faim, mais après tous ses efforts, mon estomac semblait vouloir me mordre…

Il me restait un épais tas de feuilles et de branches à traverser avec mon trésor pour atteindre une petite clairière tranquille où j’avais l’habitude de manger et de dormir. J’y glissai d’abord mon derrière, essayait tant bien que mal de me frayer un chemin avec mes neufs queues, m’engouffrant péniblement à l’intérieur. Des branchettes me piquèrent, et des épines m’éraflèrent les côtés, tandis que mes pattes s’enfonçaient dans un tas de terre molle, mélange de neige et de boue. Dans ma gueule, toujours ce Tauros ensanglanté, que je ne lâchais pas.
Soudain, je sentis que mon arrière-train était passé, puis petit à petit mon corps et enfin mes pattes antérieures. Il ne restait plus que ma tête et mon repas, mais le plus dur était passé. À partir d’ici, je ne risquais plus grand-chose. Nous étions presque à la lisière de la forêt, et les grands prédateurs n’allaient pas vraiment dans la vallée pendant la journée.

Tandis que mon plat était coincé dans ce fichu bosquet et que je me tordais le cou et le corps à essayer de le tirer jusqu’à moi pour enfin pouvoir manger, un énorme tas de neige glissa d’un de ces hauts arbres faisant penser aux immeubles de Volucité, et vint s’écraser sur moi. C’est lamentablement que je m’effondrai avec lui. J’avais lâché ma prise, en plus !
Pestant comme jamais, la fourrure gelée par ces milliards de flocons, je me dégageai en poussant des jurons. Enfin sorti de cette prison blanche je secouai mon pelage en continuant à rager.
Tendant le cou vers mon butin, je remarquai tout à coup que je n’étais pas seul. Il y avait une présence, une chaleur, tout près de moi. Tournant doucement la tête, je pus remarquer que oui, il y avait bien quelqu’un. D’un bond de surprise, je fis un demi-tour aérien avant de retomber maladroitement sur mes pattes, qui s’enfoncèrent lourdement dans la neige.

J’avais en face de moi un Feunard, un autre Feunard. Je n’en avais jamais vu depuis mon arrivée ici, bien que j’aie déjà vu énormément de Pokémon. Il avait une corpulence normale pour mon espèce, un pelage magnifique bien qu’un peu crasseux – normal vu le climat –, une grâce naturelle, des pattes musclées, et un regard mêlant à la fois tristesse et rage. Il me regardait avec fougue, la gueule remplie de flammes. M’avait-il pressenti comme une menace ? Sans doute n’était-il pas dans cette forêt depuis très longtemps, et avec le boucan que j’avais fait en essayant de trainer ce cadavre, il était normal qu’un étranger se méfie.
... Zut ! Ma proie ! Je l’avais presqu’oubliée ! Il ne fallait pas que ce Pokémon essaie de me la chiper.
Je jetai un coup d’œil très bref vers le bosquet. M’imaginant que je pourrais le camoufler, je me postai devant mon repas en gardant le regard de l’autre Feunard fixé sur moi. Je ne savais pas vraiment quoi faire car j’étais épuisé, mort de faim, et surtout, très surpris de la situation.

J’esquissai un sourire gêné, comme si j’étais peu sûr de moi, étouffant un petit rire abrégé, et baissant légèrement les oreilles. D’un ton à la fois enjoué et calme, la voix très légèrement tremblante au début, je m’adressai au Feunard :


« Du calme ! Je ne suis pas dangereux ! »

J’avais failli dire « je ne suis pas armé », mais en dehors de Volucité, cette phrase n’avait sans doute aucun sens, surtout pas pour un Pokémon sauvage perdu sur une île comme celle-ci.
J’attendis patiemment tout en le regardant, ne sachant pas si je pourrais bientôt me détendre ou si je devais me préparer à bondir pour éviter une attaque soigneusement lancée contre moi. Je le regardais, avec toujours ce petit sourire…


--------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rick
Volonté Impétueuse
avatar

Messages : 1682
Date d'inscription : 11/12/2009
Age : 22

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]    Sam 21 Avr 2012 - 10:07

[HS]Chui sincèrement désolé, j'ai plus l'habitude faut croire. o.O'[/HS]

C'est très surpris que je me rendis compte que la créature qui avait été suis bruyante était un Feunard, quelle disgrâce. Enfin quand on s'attardait sur les trait physique du Pokémon en question, on se doutais bien que n'était pas son physique qui lui important le plus, c'est d'ailleurs la cicatrice sur son museau et son œil qui attirèrent le plus mon attention, c'était la preuve que ce Pokémon n'était pas le genre à fréquenter. C'est là que j'ai été déchiré entre plusieurs options, attaquer, communiquer, fuir. Les trois propositions avaient leurs pour et leur contre. Je nota quand même qu'attaquer un Feunard avec une attaque Feu était digne d'un Psykokwak mais pas d'un Pokémon de mon allure, donc de toute manière même pour attaquer j'étais dans une relativement mauvais posture car il me fallait changer d'attaque et d'angle d'attaque. Puis la fatigue m'avait gagné depuis bien longtemps, et mes pattes me fessaient largement souffrir, l'aller-retour en montagne plus les changements extrêmes de température ne leurs ont pas plu du tout. Fuir n'était plus une option non plus ... Que pouvais-je faire d'autre que communiquer avec cet énergumène ? ...

« Du calme ! Je ne suis pas dangereux ! »

Je me mit à rire, il n'y avait rien d'autre à faire, quel maladresse, quel boulet ce Pokémon, il était tellement mal adroit, cette manière dont il c'était enfoncé dans la neige après son petit donc lui donnait un aire naïf et extrêmement maladroit. Bref, j'ai été incapable de m'arrêter de rire dans un premier temps, j'en avait complétement oublié mes envie d'attaquer. Quoique, quand le Pokémon c'est assis et à arboré un sourire gêné, je dois avouer que je ne savais pas trop ce que j'étais sensé faire. Son sourire me mit un peu mal à l'aise, que pouvait-il bien gêner ainsi à un inconnu au milieu d'une forêt ? Plein de choses. Mais pas ainsi, n'importe quel Pokémon sensé aurait protégé ses secrets par une violence inouïe, mais lui ne l'a pas fait ? Pourquoi ? Je n'en savais rien, mais quoi qu'il en soit je comptais bien découvrir son secret qui avait l'air de se cacher pas plus loin que derrière lui. Mais je voulais éviter qu'il m'attaque ... Si il ne l'avait pas fait jusqu'ici c'est qu'il avait une bonne raison, et je comptais bien la découvrir. Quoi qu'il en soit il était impensable que je me rapproche de lui. Mon instinct me criait de lancer une attaque "Rune Protect" avant de lui adresser la parole, mais bon ça était pas au mieux pour la communication, il aurait surement compris que je le considère comme une menace, et m'aurais placé dans une situation délicate.

- Hum, Bonjour. Désolé pour ça, je m'attendais pas à me retrouver nez à nez avec un tel Pokémon ... Je me présente, Stark, je suis le Feunard de ... Enfin voilà, je suis nouveau dans le coin, et pour tout t'avouer je suis complètement perdu. Les cicatrices sur ton museau m'inspire pas confiance, mais étant de la même espèce, j'aurai penser, enfin aimé que tu puisse me renseigner, voir même m'aider ...

M'en remettre aux caprices d'un autre, j'étais tombé bien bas, ce n'était tout de fois pas le moment de faire des caprices, j'étais dans une sale position, et quoi qu'il en soit, si il venait à m'attaquer, j'ai largement les aptitudes ne serait-ce que pour fuir. Pendant une seconde, j'ai espéré que ce Pokémon était sympathique, même si notre rencontre ne s'était pas faite de manière volontaire, celui-ci n'avait pas fuit, au contraire avait tenté de communiquer avec moi. Peut-être que l'endroit dans lequel je me trouvait était peut-être bourré de surprises, des choses que je n'ai jamais vécues, en tout cas cette rencontre m'a fait penser ça, pendant une seconde, et cette seconde m'a soulagé assez fortement. Maintenant la balle n'était plus dans mon camps, c'est ce que Malika appelait la "Latence" dans un combat, ce moment où l'on ne peux rien faire de plus que ce qu'on n'a fait, le moment où c'est à l'autre de prouver ce dont il est capable, en concoure, j'aurai du m’arranger pour casser et utiliser sa performance à mon avantage, mais là, on n'était plus en concoure ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fox
Sly Ninetales
Sly Ninetales
avatar

Masculin Messages : 24
Date d'inscription : 03/10/2011

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]    Sam 21 Avr 2012 - 19:54

[T'inquiète ^^ ça fait longtemps pour moi aussi X).]

Les flammes que ce Feunard préparait s’estompèrent dans un petit nuage de fumée, tandis que sa mâchoire s’étira. Un instant, je me suis demandé s’il comptait venir me mordre de front, mais je me rendis rapidement compte que non. Il se mit à rire. Probablement de moi. Non, forcément de moi. Oui, il avait dû voir ce magnifique tas de neige s’écraser sur ma face, et moi m’en extirper maladroitement, ainsi que mon sursaut quand j’ai réalisé sa présence. Bref, il se mit à rire, et j’esquissai un sourire un peu gêné. J’avais apparemment réussi à le mettre à l’aise, ce que je préférais largement à l’agressivité. Alors que j’attendais sagement qu’il se calme, je me remémorai ma proie, toujours plus ou moins planquée dans le buisson. J’essayai tant bien que mal de ne pas laisser paraitre l’idée que j’avais derrière la tête.

Il finit par arrêter et commença à me dévisager. Je l’analysai moi aussi. C’était un beau Pokémon, ça oui, une belle fourrure qui avait été entretenue, un regard confiant en général mais un peu perdu ici, cela se voyait. De plus, il y avait quelque chose de plus profond en lui. Dans ses yeux, j’aperçus de la tristesse, de la haine, un profond dégoût pour quelque chose. En tout cas, il avait l’air légèrement méfiant. Sans doute par ma faute, après tout, j’étais là, le poil hirsute, j’étais venu le déranger alors qu’il était peut-être en train de dormir, qui sait ? Je voyais bien qu’il y avait un malaise, il avait les pattes prêtes à bondir. Enfin, il m’adressa la parole. Sa voix était basse et grave, elle inspirait un profond respect. Mais il m’en fallait plus pour m’intimider.

Il s’excusa d’abord de sa maladresse vis-à-vis de moi, c’était déjà un bon point, il avait l’air sympa en soi. Ensuite il se présenta. « Stark », un nom qui résonna dans ma tête. C’était court et fort, tout en restant simple. Cela lui allait bien.
Une petite note me tiqua l’oreille. « Je suis le Feunard de… »… De ? De quoi, de qui ? En même temps, avec cet air de Pokémon entretenu qui n’avait rien à faire sur une île sauvage comme celle-ci, et ce « de », l’illumination me vint tout de suite : il avait un Dresseur. C’était forcément ça, il devait appartenir à quelqu’un, à moins que ce ne soit du passé vu sa présence ici et la colère enfouie dans son regard. Stark et moi avions plus de choses en commun qu’il n’y paraissait, car qui dit « humain » dit « ville ». Je repensai brièvement au … Dresseur … que j’avais eu il y a des années de cela. Un frisson me parcourut l’échine, mais il ne fallait pas que je m’attarde sur cette idée. Tout ça était loin, très loin de moi…
Je sortis de mes pensées furtives quand il reprit la parole. Il venait apparemment d’arriver dans la région, tout ceci tenait la route de l’idée que je m’étais faite de lui, qui se confirma lorsqu’il dit qu’il était perdu.
Il enchaina aussi vite sur mes cicatrices. Par réflex, je posai ma patte antérieure gauche dessus. Je les avais oubliées, celles-là. Évidemment, avec les filles, ça me donnait un genre bad boy séduisant, mais face à un mec, je devais faire racaille. Le plus drôle, c’est que j’avais toujours détesté les combats.
Il me demanda de l’aider. Mais est-ce que je le pouvais ? Après tout, j’avais toujours été un gars qui devait se débrouiller seul, et quand j’aidais les autres, c’était toujours pour mon propre compte. Pas de service sans retour, que je me disais. Mais ici, maintenant, dans cette nature sauvage, sur cette foutue île, est-ce que je pouvais vraiment laisser un membre de ma propre espèce souffrir du mal du pays comme j’avais souffert au début ? Et comme je souffrais toujours, d’ailleurs.

Me relevant, je souris franchement, laissant échapper un petit rire. Je fis un pas vers lui, instinctivement. Dans une conversation, la gestuelle avait une grande importance pour moi, pour comprendre et connaître la personne que j’avais en face de moi. Je lui répondis enfin :


« Mes cicatrices, je les oublie toujours ! En fait, c’est le papa d’une demoiselle qui n’avait pas vraiment apprécié qu’elle me fréquente, et il me l’a fait comprendre. C’est une blessure de guerre, à ma façon, haha !

Bon, par ‘nouveau dans le coin’, tu veux dire, à Seikan ? Sur cette île enfin ? Je veux bien t’aider mais il faut que tu saches que je ne suis pas d’ici non plus. En fait, je viens de loin, Volucité, je ne sais pas si tu connais, c’est dans la région d’Unys. Je suis arrivé il y a… quelques mois. On s’habitue à la vie dans ce trou paumé tu vois. Mais qu’est-ce que je peux faire pour toi ? »


Comme si je ne manquais pas déjà assez de grâce en racontant ma vie, mon ventre se mit à gargouiller. Ah oui ! Je mourrais de faim, j’avais presqu’oublié. Je jetai un bref coup d’œil derrière moi, en direction de la proie que j’avais laissée derrière les branches. Je regardai ensuite Stark. Il était nouveau, perdu, seul, peut-être avait-il aussi faim que moi ? Mais est-ce que je pouvais lui faire confiance ? En même temps, il n’allait pas pouvoir fuir très vite avec ces plus de 80kg de viande. J’expirai profondément en regardant légèrement vers le bas, puis je soutins à nouveau le regard du renard.

« Écoute, t’as faim ?
Parce que, en fait, j’ai à manger là dans le buisson, mais il est coincé eh puis, je suppose que tu aimes la viande cuite, t’es un Feunard comme moi, mais pour cuir ça, il va me falloir beaucoup de souffle, à deux ce serait plus simple.

Enfin si tu veux pas, je tiens pas à te forcer hein ! Mais il fait froid, et si tu es nouveau ici, il vaut mieux pas commencer le ventre vide.

Euh oui, je m’appelle Fox. »


Avant, dans ma ville, je ne lançais pas mon nom tout de suite comme ça, parce qu’il y avait toute une réputation – souvent mauvaise – derrière. Mais ici, en principe, je ne risquais pas grand-chose. Eh puis, il m’avait dit le sien. Certes, Fox n’était pas très original pour un renard, mais c’était mon nom, tout simplement.

Je m’écartai légèrement, osant tourner le dos à Stark, lui montrant ainsi que j’avais confiance en lui – au cas où il n’aurait pas encore compris alors que je lui proposais de partager un repas avec moi –, et je me dirigeai vers le buisson, que j’écartai légèrement avec une patte, laissant apparaître la proie. Je lui fit un signe de tête pour lui montrer, et l’inviter à venir m’aider à la sortir de cette prison de branches.

--------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rick
Volonté Impétueuse
avatar

Messages : 1682
Date d'inscription : 11/12/2009
Age : 22

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]    Sam 19 Mai 2012 - 12:43

[HS] Dieu me punira pour cet affront au code du parfait RPlayeur, j'ai honte ... TnT [/HS]

Je voulu l'aider, je crois, en tout cas je me suis avancé, à ses côté, près de ce gisant, ce Pokémon qui avait eu la disgrâce de se trouver au mauvaise endroit au mauvais moment. Que pouvait-il se reprocher ? Ce gros tas de viande herbivore, même pas capable ne serait-ce que égratigner le Feunard qui l'avais pris en chasse.

Le feunard qui l'avais pris en chasse, je ne pense pas non. Quelque chose me dérangea, subitement les ombres qui nous entourèrent me semblèrent hostiles, sombres et sournoises. En regardant la carcasse, je me rendit compte que ce n'était pas Fox qui l'avait abbatu, les grandes plaie béantes me le disaient, profondes, rectilignes, peu de créature auraient pus infliger ce type de blessure, extrêmement peu.

Je ressenti une forte pression au niveau du buste, la fatigue ? Non j'y était habitué et jamais elle ne se manifestait ainsi. La faim, j'en doutais aussi, la faim n'engendre pas de difficultés à respirer, tandis que cette sensation désagréable m’emplissait, j’observai quelque chose au loin, enfin "au loin", juste à quelques mètres de nous.

Il y eu un bruit, par réflex je laissa mon pelage s'embraser. Il y eu un choc, puis un second, puis le noir total, que m'était-il arrivé ? Effrayé, je retourna cette question à plusieurs reprises dans mon petit crâne, pourtant aucune réponse m'apparût. Puis je me mis à penser, puis à voir, puis à bouger, mais ou étais-je ?



    - Ce coup à été violent, attendons de voir si Stark arrivera à se relever !

    Des cri de stupeur emplissait la salle, c'était une voix sortant d'une enceinte qui me fit ouvrir les yeux, j'étais allongé sur le sol, une flaque de sang m'entourait. Tout mes membres étaient engourdis, je n'avait plus la force de me lever. Une voix se déchira des autres, une voix douce et calme malgré les circonstances, cette voix devint une masse, une masse qui s'assit à mes côtés sur la scène. Une main chaude et douce parcourut mon pelage. J'ouvris les yeux. En face de moi se trouvait un Lucario. À mes côté ma princesse me regardait avec ce regard plein d'amour, et me glissa un " Souhaite-tu continuer" dans l'oreille, une fois cette phrase prononcée je me leva d'un bon, elle recula et tout repartit.

    Mon pelage s'embrassa, et pour prouver que je méritais d'être le Pokémon de Malika, je laissa ces flammes grandir, gagner de l'intensité, à un tel point qu'on ne me vit plus, on ne pus plus qu’apercevoir un Renard de feu. D'un bond, je rejoint de très près mon adversaire qui tenta de riposter à l'aide d'une attaque "Forte Paume" l'initiative fut appréciée du publique, tout de fois, prouvant que je possédait une dextérité époustouflante, j’esquivai l'attaque, tout en collant le Lucario de très près, de trop près à son goût on aurait dit. Les flammes de mon pelages commencèrent à lui manger la peau, je continua mon mouvement pour me trouver derrière lui, le mouvement c'était exécuté tellement rapidement qu'il n'avait pas encore terminé son attaque Forte-Paume, et je lâcha la plus grande Déflagration dont j'étais capable, c'est a dire une flamme impressionnante qui alla frapper le pauvre Lucario avec une puissance non mesurable, celui-ci tomba au sol.

    À l'habitude, je m'attendait à avoir des acclamation, des cri de joie, mais il n'en fut rien, je regarda le publique pendant quelques secondes, puis je me retourna vers Malika, espérant que celle-ci prendra la peine de m'expliquer. Une flaque de sang cueillit mon regard, ma princesse était dans une rose sanguine, je ne voyait pas son visage, elle était allongée sur le sol, ses cheveux trempaient sans son sang. Le miens ne fit qu'un tours. Les flammes de mon pelages ne se firent que plus danse, je me tourna dans toute les direction pour trouver le coupable, trop énervé, trop excité, trop effrayé, je ne sais pas réellement dans quel était j'étais, qui qu'il en soit je n'arriva pas à trouver le coupable. La stratégie dans ce genre de situation à été répété à de grandes reprises, Malika prévoyait tout. Je balançai une déflagration sur le mur en face de moi, qui explosa dans un grand fracas, laissant apparaître un trou béant sur l'extérieur, je vous aurait bien décrit le spectacle qui se déroulait dehors mais pour être franc je n'ai pas réellement regardé ce qui se passait à l'extérieur. J'entamai ensuite l'appel de mes compagnon de combat, je m'assis et débuta un cri de Feunard un peu inhabituel, le publique fut glacé par celui-ci, avant tout le monde courrait dans tout les sens, pendant celui-ci tout le monde resta figé sur place et me regardait avec un air stupéfait, ensuite tout le monde courrait dans la direction opposée à la scène.

    Après ce cri étrange, les 5 ball qui restaient à la ceinture de Malika écorent en même temps, une fois chaque pokémon sortit de sa Pokéball, nous entamèrent un cri groupé, avec le Galeking qui faisait partie de nos rangs, le cri prit une tel ampleur que les vitres alentours explosèrent, la peur emplis le publique, et c'était ce qui était voulu, les éloigner, pour s'occuper de la personne qui restait assise au milieu de la première rangée, cette personne était dans l'ombre, personne ne pouvait distinguer son visage.

    L'Altaria qui nous accompagnait enquêta d'apporter notre princesse à l’hôpital le plus proche, le Gardevoir décida de l'accompagner. Il restait donc plus que quatre d'entre nous, l'Elecsprit, le Galeking, le Colhomard et moi. Il fallait venger Malika.

    Le Colhomard qui était d'habitude joyeux ne plaisanta pas, ce fut d'ailleurs le premier à se jeter hors de la scène et de rejoindre les deux masses qui attendaient sagement qu'on aille leurs vider les tripes. Toute fois, alors qu'il s'apprêtait à attaquer, il pris une teinte livide, et recula, et en signe d'avertissement, il lança un cri semi-puissant dans la direction du Galeking. L'Elecsprint et moi avions déjà compris, odorat oblige, pratiquement la même odeur que Malika. Nos doutes furent vérifiées quand ils se jeta sur la scène avec le Pokémon qui l'accompagnait à nos côtés. Le Père de Malika et un Absol. L'un à côté de l'autre, les deux présentant un regard vide de toute émotions, mais l'un des deux possédait une corne plein de sang. Naturellement, le Galeking s'approcha "discrètement" ( C'est à dire sans lâcher de hurlement assourdissant) et attaqua l'Absol avec la spécialité de la maison, une attaque Fracass'Tete à pleine puissance sur le pauvre quadrupède, on entendit bien ses articulations se rompre sous le choque. Qui allait le plaindre de toute manière ?


    - Sale vermines comment osez vous riposter, cette saleté l'a bien cherchée ! Vous ne comprenez pas tout les sacrifice que j'ai fait pour cette conne, dire qu'elle allait perdre en finale, elle allait déshonorer mon nom !

    Il parlait mais personne n'écoutait, nous nous mettions en position d'attaque, chacun d'entre nous nous posèrent à chacun des point cardinaux du Père de Malika, l'encerclant. Ni une ni deux, il décida de riposter et jeta au hasard les 5 Pokéball qui lui restaient sur la scène. Les Pokémons qui en sortirent étaient d'une faiblaisse épouventable, seul un nos donna du fil à retordre à nous quatre, il faut dire qu'après avoir veincus, un Absol, un Corboss, un Sharpedo, un Zoroark et un Scalproie, plus aucun d'entre nous n'était d'attaque à s'en prendre à un Trioxhydre ...

    Et nous ne durent même pas le faire. Quand celui-ci eu la prétention de préparer une attaque Dracocharge, une flèche Bleu, rouge et blanche perfora le toit et alla le frapper de plein fouet le déstabilisant et le faisant tomber au sol. C'était l'Altaria, je voulu lancer un petit aboiement histoire de le remercier de nous avoir porté secours, pourtant quand j'ai vu son visage, je me suis abstenu. Ses yeux étaient rouge, et ses longues ailes cotonneuses étaient gorgé de sang, son doux chant était momentanément remplacé par un hurlement déchirant qui laissait transparaître la haine et le désarroi dans lequel le pokémon se situait. Avant même que le Trioxhydre n'eu le temps de se relever, Altaria passa à la vitesse supérieur, et cette fois-ci ce sont des météores qui perforèrent le toit et qui le logèrent dans le Pokémon, tout ça avec le chant macabre de l'Altaria dans le fond. Une fois que les gravas, la poussière furent retombé, c'est vers le père de Malika que les yeux ensanglanté de l'Altaria se tournèrent, rapidement Galeking s'interposa entre eux deux pour éviter que l'on ai une victime humaine à déplorer. Enfin c'est ce qu'on aurait aimé évité, mais le vieil homme n'avait pas l'air d'accord avec cela, il se jette littéralement sur moi, les deux mains en position d'étranglement, j'esquiva sans problème, le soucis c'est qu'une vois à la hauteur d'une de mes queue, il eu l'idée de génie de s'en saisir. Tout le monde savait qu'il était proscris de le faire, mais tempi pour lui ...

    Un gerbe de flamme violette s’empara de moi avant même que je fasse quoi que ce soit, des gravures aussi étranges qu'anciennes s’inscrivirent sur chacune de mes queue, une onde de choque d'une puissance non négligeable émana ensuite de moi, déstabilisant mes camarades, arrachant les sièges spectateur de la salle, et envoyant valsé l’imprudent contre un mur. Je pensais que tout allait de stopper là, mais je ne pus m'arrêter, enfin je ne sais pas si dire que je "ne pouvais pas M'arrêter" est correcte comme formule, je pense que je "ne pouvait pas L'arrêter" était plus convenable, c'était quelque chose en moi qui allait payer cette disgrâce à cet imbécile. La pièce s'emplit de la lueur de mes flammes, et toute les ombres de la pièce se rejoignirent à un endroit précis, elles étaient comme aspirées, aspiré par les yeux du père de Malika, une fois que toute les ombres de la pièce disparurent, ses yeux bruns perdirent leurs couleur, leur expression, et une voix émana de pratiquement nul part.


    - L'être, l'avoir. Les hommes bon se contentent du premier, les hommes puissant du second. Tu est un homme puissant, je viens toute fois de t'arracher le plaisir de contempler ton avoir. Sache que c'est une sanction bien plate comparé à ce que j'ai pus faire subir à d'autre, mais mon corps actuel m'empêche de faire plus. Au revoir vieux sot, on se retrouvera surement.

    Ce fut à nouveau le noir complet, et quand je me réveilla, ce fut au côté de Malika, qui passait ses main dans mon pelage, nous étions dans ces lit inconfortables et impersonnels de cet hôpital miteux. Mais nous étions tout les 7 à nouveau réunis, après avoir reçut un baisé de Malika près de mon oreille gauche, je referma mes yeux, puis cette douleur à la poitrine me repris.


Je me releva par la suite, et rejoignit Fox qui était exactement à la même place que quand j'ai fermé mes paupières, je regardait dans la direction de l’asseyant, il était toujours là. Pris par une énergie nouvelle, mon Pelage s'alluma tout comme mes yeux s’allumèrent d'un espoir nouveau. Ce jours là je n'avait pas pus la protéger, mais cette fois-ci c'est moi qui me suis pris le premier coup, même si j'étais pas mal amoché, je pourrait venger Malika, ce souvenir, pourquoi se souvenir précisément ? Était-ce ne Absol en face de nous qui me l'avait inspiré ? Comment savais-je que c'était un Absol ? Il était trop loin dans les branchages pour que je puisse distinguer sa forme avec exactitude ... Visiblement je n'était pas le seul à mener ce combat. Je compte bien prouver que je mérite toujours d'être le Pokémon de Malika, il est temps de la Venger comme il se doit !

Suite à ses pensées mon pelage s'embrasa encore plus intensément, je regarda Fox d'un regard complice, et je m’élança dans la direction du fauteur de trouble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fox
Sly Ninetales
Sly Ninetales
avatar

Masculin Messages : 24
Date d'inscription : 03/10/2011

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]    Mer 30 Mai 2012 - 16:14

[Désolée j'étais pas inspirée, la chaleur X)... Enfin j'ai fait du mieux que j'ai pu ^^ J'espère que tu trouveras de l'inspiration !]

J’étais content, Stark semblait se détendre un peu. C’était étrange de rencontrer un autre Feunard, comme ça. Je n’avais connu que très peu d’individus de mon espèce. Je n’ai jamais eu de frères et sœurs, ou en tout cas, je ne les ai jamais connus. Et les renards que j’ai eu l’honneur de rencontrer appartenaient à des humains et ça, pendant une longue période de ma vie, je les évitais comme la peste. Mais ce Feunard-là, il me plaisait !

Il s’approcha pour m’aider à débloquer cette saleté de proie. Il était décidément trop imposant, ce Tauros. Observant discrètement Stark, je remarquai qu’il avait compris que ce n’était pas moi qui l’avais abattu. Ou en tout cas, il en doutait fortement. Et en même temps, c’était logique, un Feunard n’est pas capable de telles entailles dans une peau aussi dure. Bref. À peine avions-nous commencé notre labeur que déjà, je pressentis quelque chose. J’entendis un bruit, et perçus une ombre. D’un éclair, je compris. Les Absol ! Je n’avais pas assez bien caché mon butin à cause de son poids, et ils avaient dû me repérer facilement. Eh zut, qu’allais-je faire ?

Ne paniquons pas ! Me dis-je. Ce n’était peut-être pas cela. Mais je sentis la colère à pleine truffe. Et je remarquai que Stark se hérissa le poil, il les avait repérés aussi. Il n’y avait plus de doute possible, c’était bien une attaque. Pour un pacifiste comme moi, c’était très mauvais. D’autant que l’autre Feunard allait peut-être se retourner contre moi aussi, car dans un sens, je l’avais trahi en omettant le fait que je n’avais pas chassé et tué moi-même cette proie.

Par réflex, je m’aplatis, essayant de me faire le plus petit possible pour passer inaperçu. Et à cet instant, un Absol attaqua. Le prenant sans doute pour moi, il lança son attaque contre Stark, qui sembla sonné quelques instants. Pendant ce temps, j’essayai de réfléchir à une solution pour m’en sortir indemne. Mais les ennemis étaient en rogne contre moi, et mes belles paroles habituelles ne pourraient pas me sauver cette fois.

Peu après, Stark reprit ses esprits et revint vers moi. Les Absol étaient toujours à distance. Le poil de mon nouvel ami se hérissa à nouveau, tandis qu’il me lança un regard approbateur, m’incitant à croire qu’il était avec moi, et qu’il le resterait jusqu’au bout. Je le regardai également, et lui fit un petit signe de tête pour lui indiquer que je me défendrais à ses côtés. Il semblait savoir se battre, vu ses réflexes et sa condition physique apparente. J’étais en confiance, malgré moi, et malgré le fait que je m’étais juré de ne plus combattre.

Après tout, à cet instant, je n’avais pas le choix. Il fallait que je me défende et, même si l’occasion ne se présenterait probablement pas, que je défende Stark. Je ne compris pas trop pourquoi, mais j’avais une profonde envie de me rapprocher de lui, de gagner chez lui une confiance vraie, et une relation plus étroite. C’était très étonnant pour moi, qui n’avais pas l’habitude de m’intéresser aux gens.

Je me relevai de ma position de soumission craintive, et je me dressai à ses côtés. Fixant la direction dans laquelle étaient mes adversaires, enfin, nos adversaires. Je lançai à Stark, à voix basse :


« Ils sont probablement deux. »

D’un bond, un Absol se dressa devant nous. Le regard plein de rancœur et de haine, le corps laminé d’entailles et de blessures. Son combat avec son partenaire – que j’avais engendré mais passons – avait fait rage. La gueule légèrement ouverte, les crocs serrés, ses canines prêtes à s’enfoncer dans nos chairs, il me toisa, lança un regard à Stark, puis revint sur moi.
Sans réfléchir, je lançai :


« Comment vas-tu mon pote ? »
- Ferme-la renard ! Tu nous as bien eus la dernière fois, mais nous ne sommes pas si idiots que tu le penses ! On a compris ton manège ! Rends-nous ce que tu as volé !
« Je ne cherchais qu’à vous aider et non, vous n’êtes pas bêtes comme je le croyais. Ceci dit, nous pourrions partager, qu’en dis-tu ? »
- Jamais, renard ! Rends ce que tu as pris !
« Désolé mon ami, ça ne va pas être possible ! »

Cet Absol lança un grognement de rage et se jeta vers moi. Je vis sa lame arriver à une vitesse fulgurante vers moi. Heureusement, ma vitesse me permit de l’esquiver de justesse. Mais ses griffes me lacérèrent et m’envoyèrent valser en arrière, m’écartant de la proie, de Stark, et probablement de l’autre Absol qui avait dû rester dans l’ombre. Déséquilibré, mon ennemi s’effondra un peu plus loin, mais il se redressa aussi vite. Moi également. La tête baissée, le dos courbé, les pattes fortes et stables, je le fixai sans savoir quoi faire. Je ne voulais pas me battre, je ne supportais pas ça. Allait-il m’y obliger ?

J’avais envie de lui dire « Ne t’énerve pas, mon gars ! », mais je n’en eus pas le temps, et je savais que ça attiserait le feu de sa colère. Il lança son regard sur moi et se mit à courir dans ma direction à nouveau. Je l’esquivai, plusieurs fois, bondissant sur le côté, roulant. Je n’allais pas pouvoir faire cela longtemps, d’autant que cela l’énervait de plus en plus. Finalement, il m’envoya une attaque à distance. Elle fut si rapide que je n’eus pas le temps de la voir venir. Je m’écrasai lamentablement contre un arbre, ma résistance n’était pas suffisante pour subir les attaques d’un adversaire si puissant. Il fallait que je riposte, mais chaque attaque que j’utilisais me rappelait de mauvais souvenirs, que je préférais laisser dans l’ombre. Il prépara une nouvelle attaque.

Me fixant sur mes pattes, je ripostai avec une attaque Abri, suivi d’une attaque Représailles. Il ne s’y attendait pas, vu ma passivité jusqu’ici. Envoyé plus loin et légèrement sonné, il me laissa le temps de réaliser mon acte. Ce qu’il ne fallait pas faire d’ailleurs, car les remords remontèrent. Secouant la tête, je me repris, et me remis en position d’attaque. Après, cet Absol avait été blessé par un adversaire aussi puissant que lui – l’autre Absol –, il était donc déjà affaibli, il me suffisait de l’achever ou de l’affaiblir suffisamment pour qu’il abandonne. Je devais bien en être capable, à la fin !

Il me toisa, ragea, et se jeta sur moi, me faisant rouler vers l’arrière. J’atterris violemment sur le dos, et commençai à pousser de toutes mes forces ma patte antérieure contre sa gorge, pour éviter que sa lame ne vienne entailler la mienne. Quel sauvage, celui-là ! Coincé en-dessous de lui, je n’allais pas résister longtemps, et ses pattes étaient trop fortes pour que je tape dedans et me dégage. Je réfléchis tout en continuant à résister. Tout à coup, je tendis le cou et déployai ma gorge pour laisser échapper une puissante attaque Hurlement. Assourdit d’une douleur insupportable aux oreilles, mon ennemi s’écarta d’un bond en secouant la tête. Il ragea de nouveau. Pendant ce temps, je me relevai et lui lançai une Onde Folie. Maintenant confus, j’avais un maigre avantage. Fou de rage, mon adversaire voulut à nouveau se jeter sur moi. Il m’effleura et égratigna ma patte de sa lame avant d’aller s’écraser dans un arbre. Engourdi par la violence du choc, il sembla ne plus savoir où il était. Il se tourna maladroitement vers moi tout en chancelant.

Plusieurs idées me vinrent alors, mais j’avais peur de lui infliger un nouveau choc et de lui permettre de reprendre ses esprits. Et en même temps, à force de ne rien faire, je risquais aussi de lui laisser assez de temps pour qu’il m’attaque à nouveau. Finalement, je trouvai la solution. Une vieille technique que je n’avais pas utilisée depuis longtemps. Je me concentrai pour me souvenir comment l’utiliser, puis, mon regard s’entoura d’une lueur violette tandis que je fixais cet Absol vorace. Il fallait que j’y parvienne ! Doucement, mon ennemi ferma les yeux et s’écroula, endormi. J’avais réussi mon attaque Hypnose ! Fier de moi, je ne restai pas sur mes lauriers. Je me remis en position et me concentrai pour utiliser une attaque Dévorêve. Je savais que sur un Pokémon Ténèbres ce ne serait pas très efficace, mais au moins, je récupérerais un peu d’énergie.

Désormais un peu plus vif, je tentai de continuai lorsqu’il se réveilla brusquement. Par malheur, sa confusion avait disparu avec le sommeil. Il était affaibli mais j’étais malgré tout dans de sales draps. Sans que je m’y attende et avant que je ne puisse m’en écarter, il me lança une attaque Vibraqua. La surprise fut énorme, bien entendu. Mais ce ne fut pas le plus grave… Son attaque fit un coup critique bien violent. Envoyé balader bien plus loin, j’atterris sur le flanc. Ma respiration était haletante, mon esprit divagua. Allais-je tomber K.O. ? Apparemment… Je ne savais pas trop mais ce dont j’étais sûr, c’est que je ne parvenais plus à commander les muscles de mon corps. Mon corps tremblotait, il allait m’achever c’est sûr… Je fermai les yeux, les secondes semblèrent durer des heures. Je soupirai profondément et attendis, de toute façon, je ne pouvais rien faire d’autre…

--------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rick
Volonté Impétueuse
avatar

Messages : 1682
Date d'inscription : 11/12/2009
Age : 22

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]    Mer 22 Aoû 2012 - 12:44

L'attaque de type eau, m'éclaboussa le pelage. Mon regard se posais tout autour de moi, que venait-il de se passer, pourquoi toutes ces choses allaient aussi vite ? Pourquoi ? Pourquoi les mots ne pouvaient-il pas suffire ? Je me heurtais à une réalité terrible, celle qui dictait que dans le monde où je me trouvais à présent n'était pas aussi doux que le précédent, il fallait luter pour sa survie, et non luter pour prouver de quoi on était capable. Ne m'étant entraîne que pour l'une de ces deux choses, mon coeur implosa réellement, que devais-je faire ? Apparemment ils pourraient être deux et je me retrouve presque seul, il y avait un Feunard K.O. et mes inquiétudes avec moi. Je jetta un regard rapide vers le ciel, et mes doutes me quittèrent, j'avais plus beaucoup d'énergie, mais ce que j'avais vécu jusqu'ici, c'était de la rigolade comparé aux entraînements de Malika, étais-je devenu une loque en aussi peu de temps ? Surement pas.

Pour une fois de plus, mon pelage s'embrasa, ce qui eu pour effet de me faire remarquer auprès de notre compagnon fort désagréable. D'un bond, je quitta le sol, et j'atterris sur le dos de celui-ci, et, encore une fois, je bondis tandis que lui se débattais, pour me placer entre Fox et le Absol. Je ne pris même pas la peine d'entamer les discussions, son regard en disant long, il voulait "son du". De plus, suite à ses paroles de toute à l'heure, ils étaient bien deux. Il fallait, les effrayer, de toute manière pour le premier Absol, ce n'était pas un soucis, il était dans un tel état que je pense qu'une bourrasque aurait suffit à le mettre K.O. mais sincèrement je ne m'en inquiétais pas plus que ça, Fox était derrière moi, et je ne pouvais pas le protéger d'une attaque d'un congénère de notre abruti cornu. Je me rappelais alors d'un technique utilisé par notre Malika. Et dans le genre impressionnante et dévastatrice, elle était pas mal. Mais il fallait qu'elle soit exécutée parfaitement, et dans mon état, ça me semblait compliqué. Je pris la décision de me moquer de la carcasse qui aurait du nous nourrir, j'allais juste punir comme il se doit ces quadrupèdes qui avaient décidé de semer la mort.

Conformément à mon plan, je me mis à utiliser en chaine mon attaque reflet, avec une rapidité déconcertante, le premier Absol pendant ce temps tenta plusieurs attaques tranches dont aucune ne toucha la cible, à laide de mes nombreux reflets, nous encerclions le corps mal en point de Fox. Et je me suis décidé à lancer une attaque Canicule, tous mes reflets en firent de même, cette attaque avait pour but d'achever le peu d'énergie qui restait à notre Absol, qui tomba rapidement, et d'augmenter sensiblement la chaleur de lieu pour faire fondre la neige et donc de limiter les pertes de chaleur du renard. Je ne baissa pas ma garde pour autant, je suis resté dans cette position assez longtemps pour m'assurer que si un autre Absol soit-là, il prenne la peine de m'attaquer, mais rien. Attendait-il le moment propice ? Probablement, j'avais deux choses à déplacer, une carcasse, et le corps de Fox ... Sincèrement, j'avais envie de partir avec le Pokémon et de laisser la bidoche là, mais alors il serait terminé dans cet état pour rien ? C'était impensable. Sincèrement j'avais peur. Dans ces cas-là, d'habitude, j'avais un Galeking qui venait, et qui explosait tout ce qui était potentiellement dangereux, là j'étais seul, seul avec tant de choses à faire. Tant de responsabilités qui me tombent dessus en une fois. Que devais-je faire ? Le choix simple, je ne pouvais pas quitter les lieux, je ne pouvais pas quitter Fox, pour éloigner le corps du Absol parce qu'il aurait pus être attaqué, et je ne pouvais pas partir avec lui étant donné que je ne peux pas déplacer son corps et la nourriture. Je me décida à lancer une attaque Feu Follet, de grande ampleur. Chaque petite loupiotes alla s'accrocher en l'air. Réchauffant atmosphère, elle me permettait d'avoir une excellant vision, mais aussi de donner cet aspect unique, un Pokémon feu entouré de centaine, voir de millions de petite lucioles bleutées, ça en jette.

Du temps passa, beaucoup de temps passage. Tellement que la nuit s'en alla, laissant place à l'aube. L'aube qui signifia le réveil du Absol, et quelque chose d'étrange se passa.

Il me scrutait, moi, aux côtés de Fox, toujours inconscient. Mais il n'en profita pas pour attaquer, il me regarda. Il toisa la manière dont j'avais positionné les choses que je devais garder autour de moi, la viande, Fox, et moi-même. Il plongea son regard dans le miens. Je ressentis quelque chose, définitivement il y avait quelque chose qui avait changé dans son regard, il semblait brisé.

- Vous êtes méprisables.

Je voulu l'interroger sur le pourquoi, je n'eu pas le temps avant qu'il sur-enchérisse.

- Dans l'état où chacun des camp est, je pense qu'il serait nous faire du tort que de vous attaquer à nouveau. Mais comptez sur nous, une prochaine fois, ce sera pas d'un Tauros dont nous nous nourrirons.

Il s'éloigna. Pourquoi ? Je tenta de comprendre, dans le silence du matin, mais aucune explication me vint, après qu'ils soient parti, je dirai une heure où deux après, le sommeil me gagna. Bien que je voulu lui résister, je ne pus pas m'y soustraire cette fois. Mon corps m'avais bien soutenu, encore une fois, je ne pouvais pas lui refuser de se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fox
Sly Ninetales
Sly Ninetales
avatar

Masculin Messages : 24
Date d'inscription : 03/10/2011

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]    Ven 24 Aoû 2012 - 9:35

Je me réveillai à Volucité, dans une ruelle sombre. Je la reconnus tout de suite, c’était celle de ma naissance. Je n’étais plus un bébé Goupix, heureusement. Mais qu’est-ce que je pouvais bien faire par ici ? Je me mis à avancer d’un pas lent, la nuit ayant assombri les alentours, laissant juste quelques lumières artificielles sur le trottoir. Soudain, j’entendis des ricanements. Je me retournai et cherchai d’où cela provenait. Je vis alors l’humain de mon passé, qui agressait une dame âgée. De rage, je bondis dessus pour l’en empêcher, mais tout se mit à tourner. Les formes se mélangèrent, tout devint noir. Je fermai les yeux et secouai la tête. J’avais la nausée à force de tournoyer. Lorsque je les rouvris, un Absol était juste devant moi et me trancha de sa lame. Je reculai juste à temps pour éviter de finir égorgé, et cognai contre quelque chose. Me retournant lentement, je vis un corps inerte étendu sur le sol. C’était un Pokémon beige, à la fourrure très épaisse, gisant là. Approchant doucement mon museau de celui du cadavre, je réalisai qu’il s’agissait de Stark, le gars que je venais de rencontrer.

Et d’un coup, j’ouvris les yeux. Ma respiration était haletante, ma vision trouble, j’étais confus. Toujours allongé sur le flanc, je regardai les arbres du coin de l’œil. Il y en avait partout autour de moi. C’était un cauchemar. Je n’étais plus à Volucité depuis longtemps. J’étais maintenant à Seikan, l’île ultra-sauvage et naturelle qui m’avait rendu tout comme elle. Malgré mes nouveaux instincts, je m’étais évanoui à l’issue de l’affrontement, je ne savais de toute façon plus me battre. Ce genre d’affrontement était ma bête noire, j’en avais tellement horreur que même dans les situations d’urgence, j’étais incapable de me débrouiller.
Tout en restant couché, je relevai le cou et la tête. La lumière baignait les arbres, et la neige avait fondu tout autour de moi. Je scrutai les alentours. Il n’y avait plus aucune trace des attaquants. Aucun Absol K.O. étendu, il restait juste quelques touffes de poils blancs accrochées dans les arbres.
Je regardai alors au plus près de moi. Toujours l’esprit un peu dans le brouillard, je n’y pensai pas tout de suite. Juste à mes côtes, il y avait la carcasse de Tauros. Les félins n’avaient donc pas pu repartir avec, c’était une bonne chose. Et entre celle-ci et moi, je vis…


    « Stark ! »

Je me relevai d’un coup, bondissant sur mes quatre pattes. Le Feunard était étendu, inconscient. Je l’appelai à nouveau, plusieurs fois, de plus en plus fort. Enfin, pas trop pour ne pas attirer de mauvaise compagnie. Je le poussai avec mon museau, je le secouai avec mes pattes antérieures. Mais le renard n’avait aucune réaction, il ne bougeait pas. Deux solutions : soit il était mort de fatigue, soit il était mort… tout court. Son corps était chaud, mais cela ne voulait rien dire pour un Pokémon Feu. Je ne voulais pas envisager la possibilité de son décès, ce n’était pas possible ! Mais… depuis quand me souciais-je des inconnus de passage ? Il était vrai que je venais à peine de le rencontrer. Malgré tout, je sentais une affinité entre nous, peut-être par notre race, peut-être parce que nous n’étions pas d’ici ni l’un ni l’autre, je n’en savais rien. Toujours était-il qu’il m’avait sauvé la peau, protéger la nourriture, et fait fuir les chats. Je ne pouvais que lui être redevable et souhaiter qu’il vive.

Finalement, mes diverses tentatives ne fonctionnant pas, je me poussai dans mes derniers retranchements. Tel un renardeau, je saisis l’oreille de Stark dans ma gueule, et je tirai doucement dessus. Par réflex, il devait réagir, sinon, je serais obliger d’attraper une de ses neufs queues, et ce serait beaucoup moins drôle. Donc, je tirai sur son oreille et l’agitai un peu, la secouai. Miracle ! Il eut ce que j’interprétai comme un signe de vie ! Un gémissement plaintif de quelqu’un qui dort profondément et qu’on essaie de réveiller par la force. Ce son était suffisant pour moi. Il était en vie, EN VIE ! Je souris et soupirai de soulagement. Puis je m’écartai pour le laisser dormir s’il le souhaitait. Après tout, il le méritait bien. J’avais moi-même fait un petit somme, même s’il avait été causé par la force des choses.

Le matin était radieux, plus radieux que la nuit. Il faisait même… beau, pour une journée d’hiver. Je regardai autour de moi. J’étais un peu… paniqué, par la situation. En fait, je songeai dans un premier temps à fuir la zone. Je m’en étais sorti, et il valait mieux que je parte pour protéger ma fourrure. Je réfléchis à cette proposition, tout en reniflant l’air m’entourant. Il ne semblait y avoir personne. Si tel était vraiment le cas, je pouvais peut-être rester encore un peu ?
D’ordinaire, je me planquais la journée pour dormir, et je « chassais » à ma façon la nuit. Mais après tout, je n’allais pas laisser Stark comme ça. Il m’avait aidé, je ne pouvais pas lui rendre ce soutien en fuyant la queue entre les pattes. Je me désolai de moi-même, conscient de ma lâcheté.

Je secouai ma fourrure et je m’étirai les pattes avant tout en baillant. Ce n’était pas gracieux mais j’étais seul avec un Tauros mort et un Feunard presque dans le coma. Qui me jugerait ?
Je me dirigeai vers la carcasse. Je l’attrapai dans ma gueule et la tirai en arrière, l’écartant de toutes mes forces. Quand je fus assez loin de Stark, je positionnai la viande correctement, puis me plaçai à quelques mètres. J’ouvris les crocs et laissai échapper un tourbillon de flammes continu. Pendant un long moment, je cuis la nourriture. Je la préférais ainsi, c’était normal pour un carnivore du feu. Je m’arrêtai de temps à autre pour reprendre mon souffle ou m’étirer le cou, rendu raide par un travail trop long.
Lorsque la carcasse fut prête, suffisamment cuite dans tous ses recoins, je m’arrêtai enfin. J’allai boire un peu d’eau aux gouttes ruisselant sur les feuilles des arbres, résultat de la neige fondante. Puis je revins. Stark était toujours étendu à roupiller, ce qui m’amusa un peu. Ce Pokémon semblait si fier, si sûr de lui, à juste titre je n’en doutais pas, et pourtant, il dormait comme un gros bébé joufflu.
Je mourrais de faim depuis un bout de temps, mais je ne mangeai qu’un peu, voulant laisser au nouveau venu la possibilité d’engouffrer tout ce qu’il voulait. Après tout, j’avais un tout petit estomac, et j’avais eu l’habitude d’avoir le ventre tenaillé de famine.

Je m’allongeai un peu, surveillant les alentours ainsi que l’autre Feunard. Songeant à tout ce qu’il s’était passé, et surtout à la façon dont cet inconnu m’avait offert tout son courage et sa force. Cet Absol m’aurait fait la peau s’il n’avait pas été là, et j’en étais conscient.
Je me relevai et m’écartai de la zone. Pas pour fuir, non, mais en quête de Baies. Je savais qu’il y en avait beaucoup dans la clairière voisine, et je m’y rendis donc. Comme je l’espérais, elles étaient accessibles malgré la neige. J’en saisis une branche, juste ce qu’il me fallait. Je la ramenai près de Stark, tout en restant assez éloigné pour ne pas le déranger. Je rassemblai les Baies en un petit tas posé sur quelques brindilles, et lançai une toute petite flamme dessus. C’était devenu machinal pour moi, je n’y faisais plus attention. En soi, je ne faisais même plus attention à la raison pour laquelle je le faisais, où à ce que ça m’apportait. Je le faisais, c’était tout.
Lorsque les Baies commencèrent à dégager leurs vapeurs, je plaçai mon nez au-dessus pour les respirer. Et je sentis une douce euphorie monter en moi, oubliant même que l’autre Feunard pourrait se réveiller et se demander ce que j’étais en train de faire…


--------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rick
Volonté Impétueuse
avatar

Messages : 1682
Date d'inscription : 11/12/2009
Age : 22

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]    Dim 7 Oct 2012 - 17:07

C'est un doux fumet qui m'éveilla, j'avais froid, à force de respirer le museau près du sol, j'avais inspiré des petits flocons de neige, ce qui me fit éternuer. Il faisait froid, je le voyait à la neige que le combat avait fait fondre, et qui avait gelée à nouveau. Ni une ni deux je me jetais sur mes pattes. Scrutant les alentours. Rapidement, mon regard se raccrocha à la carcasse cuite, à un tas de baies cuites, et à Fox. Il était toujours là, je le connaissait pas depuis longtemps, mais j'étais persuadé qu'il serait parti, et que je ne le reverrai plus, enfin peut-être occasionnellement pour me piquer la bouffe que j'aurais durement gagnée. À ce sujet j'étais pas mal remonté, je ne savais pas précisément quoi faire, mais il fallait que je le fasse, je voulu me déplacer vers lui pour discuter, mais une fois que j'ai posé ma patte sur le sol, je me rendit compte que j'étais loin d'avoir récupéré de toute l'énergie que j'avais dépensé, je tenais déjà durement sur mes pattes, je me déplaça de manière à ce que Fox ne s'en rendent pas compte, puis je suis allé me poser à côté de lui. J'étais frustré, je me sentait inutile. Quelques secondes, je me senti comme aux côté de Malika, ma petite déesse. C'était après ce fameux concours que nous avions perdu que j'avais ressenti ça, ce sentiment d'impuissance et de fragilité, être tombé après le combat, et ne pas les avoir mis K.O. ça ne me ressemblait pas, j'étais capable de mieux, tellement mieux.

Pour rapidement quitter ces pensées relativement dures à assumer, je fit en sorte de mettre à l'aise Fox, de peur qu'il se rendent compte à quel point c'était compliqué de se remettre de tout ça. Je me mit à manger une baie, sans rien dire. Par ce mouvement je comptais bien éviter toute discussion pour ce qui venait de se passer, mais je doutais bien que je devrai repasser sur cette évènement douloureux.

Il était indéniable que Fox avait volé cette carcasse, tout en y repensant, je la regarda de loin. Puis je regarda devant moi. Je pouvais comprendre qu'il était compliqué, à notre époque, de se nourrir, mais de là à voler, et puis voler à des prédateur aussi violent ... Je me demanda dans un premier temps si cet acte était guidé par une folie mais je réfuta rapidement cette hypothèse en me basant sur la bravoure dont ce Pokémon avait fait preuve. Rapidement je me rabattit sur un surplus de confiance en lui. En soit ce n'était pas très grave, mais j'étais un peu désolé pour ce Pokémon, il avait les capacité pour bien plus, et il se retrouvait à chiper de la nourriture comme un vulgaire clochard ... Je reconsidéra la chose en mettant en compte que mon point de vue était celui d'un Pokémon qui faisait attention qu'à sa fierté, mais rien n'y changea, j'étais convaincus que Fox se faisait du mal en agissant comme ça, il méritait mieux.

- Et bah, ça sens bon n'est-ce pas ? Lançais-je.

Je voulais relâcher la tentions qui c'était installée dans les environs, puis, sans le laisser répondre, je rajouta quelque chose.

- Bah ça fait du bien, ça faisait longtemps que j'avais pas manger. Je suppose que je dois te remercier pour m'avoir surveillé pendant mon "petit somme", c'était pas très malin d'avoir été pieuté dans le coins, hein.

La gêne se sentait dans ma voix, enfin ma "voix" parce que affamé, je ne pus m'empêcher de parler tout en mangeant, et ces baies étaient tout bonnement délicieuses. J'évitais de regarder Fox dans les yeux, j'étais profondément reconnaissant, c'était bizarre comment les choses avaient tournées ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fox
Sly Ninetales
Sly Ninetales
avatar

Masculin Messages : 24
Date d'inscription : 03/10/2011

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]    Lun 5 Nov 2012 - 21:07

Une euphorie paisible m’envahissait. J’étais bien, bien mieux surtout, je ne pensais plus vraiment à tout ce qui s’était passé, ni à toutes mes erreurs. Je profitais à nouveau de la vie. Je me couchai près du tas de Baies qui désormais ne me servait plus à rien, et je restai là, à rien faire. C’était ce que je faisais le mieux, au fond. J’en oubliai même la présence de Stark. Je sentis mon visage picoté doucement, mon regard s’embrumer. Mais j’étais toujours conscient, et je vis une masse se poser à mes côtés. C’était Stark, ce Feunard si gracieux. Un instant, j’enviai sa façon d’être, de se tenir, de parler. Je n’étais pas de cette gamme-là, moi, et je n’en serais probablement jamais. J’étais né dans la rue, et je vivrais toujours comme un petit truand roublard. Je souris, j’aimais me poser des questions existentielles une fois un peu dans le gaz. J’observai Stark, un peu trop peut-être mais je ne m’en rendis pas vraiment compte. Je restai silencieux, tellement mon esprit était loin, et ma vitesse de réaction était diminuée. Je vis mon compagnon manger les Baies, ce qui me fit esquisser un petit rire idiot, que j’étouffai rapidement.
Stark me lança :


- Eh bah, ça sent bon n’est-ce pas ? Bah ça fait du bien, ça faisait longtemps que j’avais pas mangé. Je suppose que je dois te remercier pour m’avoir surveillé pendant mon ‘petit somme’, c’était pas très malin d’avoir été pieuter dans le coin, hein.

Je ris de nouveau, c’était plus fort que moi. Je le regardai avec un sourire gai. Je sentis ma vision un peu trouble, mais c’était le but recherché.

« Mais c’est parce que ça se mange pas ! Ça se respire ! »

Je ne compris pas bien pourquoi je sortis cette phrase. Ce que je voulais dire, c’était que ces Baies étaient là pour droguer, pas pour être mangées. Même si de toute façon, mon compte était bon, alors il pouvait en manger autant qu’il voulait. C’était vrai aussi que j’avais un peu plus oublié la fonction première de ces petits fruits, je ne voyais plus en eux qu’un moyen d’atteindre mon petit univers personnel, très… personnel.

« Alalah ! Aussi, je me suis étalé le premier, faut dire ! Tu m’as quand même sauvé la peau, je t’en dois une ! »

Je m’assis, étirai ma nuque. Mes pattes étaient chancelantes, c’était amusant de ressentir tous ces picotements. Je ne me posai même pas la question de savoir si Stark remarquerait ou pas que mon état avait changé, que je n’étais plus tout à fait lucide. Me jugerait-il pour ça ? Sans doute, mais avec toutes les émotions que lui-même avait ressenties, je me dis qu’il devrait peut-être essayer, lui aussi. Ah, non ! Il ne fallait pas que j’entraîne quelqu’un d’autre là-dedans, j’étais déjà bien assez pathétique pour garder ça pour moi. Tant qu’il ne poserait pas de question, je ne m’évaderais pas sur le sujet. Et s’il en posait, je lui répondrais à ma manière, soit le plus naturellement du monde.

« Tu es sur Seikan depuis combien de temps, au fait ? »

Je me recouchai, comme si de rien n’était. Tout en le regardant naïvement.

--------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Neutre] La disgrâce des étoiles [Fox & Stark]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haitiinfos: Il n'est pas neutre mais il essaye d'être objectif
» Le papillon des étoiles
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» ? Toiles d'araignées et fumée...
» Les Toiles Illuminent Mon Coeur -PV Petit Mirage-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Life  :: Le RPG - Seikan :: La Forêt Mori-
Sauter vers: