Pokémon Life
Forum RPG de Pokémon Free.

Incarnez un Pokémon (ou un humain) vivant sur la magnifique île de Seikan (ou de Yokuba) !


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Fini]Oh, un épouvantail.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Okéanos
Time for a Nap.
avatar

Féminin Messages : 177
Date d'inscription : 07/09/2012
Age : 19
Localisation : Free hugs land

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: [Fini]Oh, un épouvantail.   Sam 20 Oct 2012 - 13:57

Nom : NothernWoods

Prénom : Léo

Surnom : Léo, c'est assez court, non? Et puis, j'aime pas les surnoms, c'est pas mon truc. C'est trop familier. Même si j'ai souvent droit à "l’épouvantail".

Âge : Seize ans le trente-et-un Octobre.

Sexe: Homme.

Type : Rat de bibliothèque, prétendant au rôle de champion.

Description physique : On me compare à un épouvantail. Régulièrement. Mais bon, je ne le prends pas mal. Je me dis que j'aurais pu tomber plus mal. Je ne dois pas être très grand, dans la moyenne sans doute. Un mètre soixante-cinq, approximativement. Assez chétif, je peux paraître comme le stéréotype de l'intello rat de bibliothèque. Ce qui n'est peut-être pas tout à fait faux. J'ai de longs cheveux noirs, presque irisés, et plus indisciplinés qu'il est possible et permis de l'être. Ils tombent sur la moitié de mon visage, me bloquant un peu la vue, mais sans plus. Je porte aussi une paire de lunettes assez imposante aux verres en cul-de-bouteille.

Enfin, peu de gens connaissent la couleur de mes yeux, mais tous s'accordent à dire qu'il est dommage de les cacher. Noirs d'ébène. Vraiment. Pas juste marron foncé. Pire qu'une nuit sans lune. A la différence près qu'ils sont éclairés de taches dorées. Vives. Très vives. Ce qui donne à mes iris un air soi-disant "envoûtant". Je n'aime pas qu'on les qualifie ainsi. De simples pigments n’envoûteront jamais rien, je le sais très bien. C'est pourquoi, enfin je crois, je les cache. Pour qu'on arrête de s'extasier sur quelque chose de banal. L'originalité est banale. Je voudrais être normal.

Caractère : J'aurais peut-être tendance à être un peu taciturne sur les bords envers les inconnus. Qu'ils aient six ans, ou soixante-seize. Qu'ils soient issus de la noblesse ou d'une famille démunie. Je me fiche de l'étiquette. Je respecte qui me respecte. Point. Pas de courbettes pour les autres.

Je suis sans doute un peu casanier. Les murs de ma chambre son tapissés de bouquins en tous genres, mais généralement, pas de gros pavés. Je ne suis pas assez patient pour arriver à bout d'un tel ouvrage. Souvent, je passe des paragraphes. des pages. Un chapitre. J'ajoute des ellipses aux romans. Et j'adore ça, m'évader dans la lecture, y faire ce que je veux. C'est l'un des rares milieux ou personne ne viendra me dire ce que je dois faire. Il y a la lecture, et puis le piano. Je suis un autodidacte, et je reconnais mine de rien que je m'en sors plutôt bien. J'adore Chopin pour ses Nocturnes et ses Préludes, et il est de loin mon compositeur préféré. Je ne rejette pas non plus Beethoven, Mozart, Liszt, Bach... Et j'en passe. Sans pour autant cracher sur des Rocks des années passées, ou sur quelques groupes actuels, quoiqu'ils restent rares.

Je suis incollable en matière de combats de Pokémon. Vraiment. Toutes les correspondances de type, toutes les capacités, toutes les capacités spéciales, les statistiques, les évolutions.

Je suis calme. Très calme. Peut-être trop, par moments. Du moins, tant qu'on ne me dérange pas. Alors, je suis capable de m'énerver au point de balancer tout ce qui me passe à portée de main sur la personne concernée (Du bouquin au pot de fleurs en passant par la chaise).

J'ai pour objectif immédiat de devenir champion. Exactement comme mon grand-frère.

Lieu de naissance : Renouet, Unys.

Histoire :
"-Il a le nez de son père... Tu ne trouves pas?"

"-Absolument... Le visage de sa mère, les yeux de...?"

"-...Quoi?"


L'homme, mon père, se tut. Le yeux... De personne. Personne de la famille. Tous avaient un regard bleu ou vert. Parfois doré. Mais jamais noir. Il leva le regard vers la jeune femme alitée, ma mère. Il lui faisait trop confiance pour croire à quoi que ce soit. Ils ne comprirent pas, aussi bien lui qu'elle.

Mister et Mrs NothernWoods formaient un couple charmant. Ensemble depuis une petite dizaine d'années, il avaient tous les deux a peine passé le cap des vingt-cinq ans quand ils accueillirent au sein de leur famille le petit Tcheren. Un grand-frère admirable. Un peu plus de deux ans plus tard, ce fut moi qui fis mon entrée dans cette famille. Personne ne me faisait de remarque pour cette teinte d'iris inconnue et sans doute unique. Mais on me dévisageait, souvent. rien qu'à cause de ça, on me fuyait de regard, on écourtait les discussions.

Et très tôt, ces yeux si déplaisants devinrent en plus de cela malvoyants. J'avais alors cinq ans. Presque six, même. L'ophtalmologue déclara à ma mère que le port des lunettes serait obligatoire pour le restant de mes jours. Elle en choisit des épaisses, masquant les deux iris maudits. Je n’exagère pas. Ils apeuraient vraiment les enfants de l'école maternelle. Si bien qu'a force d'être rejeté, je finis par m'enfermer dans mon petit monde. J'appris à lire très tôt. Pour mon jeune âge, aux alentours des six ans, mon vocabulaire était assez riche et varié. D'ailleurs, quelques insultes y figuraient, mais bon, je les utilisais plus à l'école qu'ailleurs. Les livres m'offraient une dimension à moi. Où personne ne venait me déranger. Jamais. La bibliothèque ne contenait pas de livres pour enfant, alors je pouvais y rester sans crainte d'être gêné.

Je commençai à écrire, un peu, vers l'âge de dix ans. Parallèlement, on m'offrit un piano droit à ma demande. Ma famille n'était pas dans le besoin, loin de là, elle put donc se permettre de placer un peu d'argent dans un pauvre Yamaha. Je ne demandais pas de Bosendorf ou de Steinway. Tant que je pouvais y jouer, ça me suffisait. "Statice" est le titre de la première partition que j'ai composé. Celle qui ne changera jamais. Ma mère, en fait. C'est pour elle que j'ai fait l'effort de composer ça. Pour son enterrement. Un cancer l'a emportée. Et avec elle, ma place dans ce monde, ainsi que la joie de vivre de mon père. Tcheren, lui, est parti en voyage. Dans l'espoir d'oublier. Jamais il n'y est parvenu. Moi non plus...

Avec le temps mon père devint peut-être encore plus fermé que moi. Je ne pouvais que m'appuyer sur Tcheren. C'est à cette époque que je capturai mon premier Pokémon. Une Kirlia tout ce qu'il y a de plus normal, très calme. Parfaite pour un dresseur comme moi. Elle évolua rapidement, vers mes douze ans. Même mon frère peinait à la vaincre alors qu'il avait déjà eu l'occasion de se faire une réputation parmi les dresseurs. Ce fut cette même Gardevoir qui me rapporta une toute jeune Absol alors que je fêtais à peine mes quinze ans, seul dans cette maison dont le propriétaire, mon père, devenu fou, ne s'occupait plus du tout. Il fallait que les voisins viennent aider. Puis ils en eurent assez. Mon cher père fut interné. Et moi, comme si ça ne suffisait pas, on me fit rejoindre une partie de ma famille, mes cousins maternels, habitant à Yokuba.

Ce fut Echo sous le bras et Statice en éclaireuse que je débarquai sur cette île, avec un héritage plus que convenable et une nouvelle famille à connaître. J'ouvris la lourde porte du numéro quinze de l'Impasse du Devoir de Mémoire. Une grande porte rouge foncé dont le numéro "quinze" était inscrit en chiffres dorés en son centre. Je n'avais jamais rencontré ces personnes. Ou je ne m'en souvenais plus. Quoiqu'il en soit, à peine entré dans le hall, je n'eux pas le temps d'ouvrir la bouche que déjà une petite fille me bondit dessus. De bonnes joues et de longs cheveux blonds retenus en deux nattes symétriques, ainsi qu'une robe rose mi-longue. Elle sourit de toutes ses absences de dents à l'avant.


"-C'est toi, Léo ?"

"-... Hm, en effet..."

"-MAMAAAAAAAAAAN !! Il est arrivé !"

La mère n'était pas du tout à l’image de sa fille. Grande, dans les un mètre soixante-quinze, et très fine. La première de ma famille qui n'était pas blonde. Ses cheveux étaient d'un roux foncé, presque chatain, elle arborait de grands yeux gris. Elle me sourit. Alors seulement je daignai faire de même.

"-Bienvenue à la maison... Léo."

"-On m'a dit que vous avez un piano et une bibliothèque. C'est vrai?"

"-Moi aussi, je suis ravie de faire ta connaissance !" Répondit-elle en souriant.

Elle me prit par la main, toujours souriante, et me présenta la maison. je n'écoutai que le strict nécessaire : La chambre, les toilettes, la cuisine, la bibliothèque, le piano. Justement. Je restai hébété devant ce piano, immense. Un vrai piano à queue. Ivoire. Aux pédales, gonds et roues dorées. L'intérieur revêtait une belle couleur rouge sang. Il n'avais pas servi depuis longtemps, un vase portant une rose le surplombait. La jeune femme m'expliqua que son mari en avait joué, beaucoup. Mais il avait disparu. Aucune photo de lui ne se trouvait dans la maison. J'en déduis un divorce fait sur un coup de tête.

Ma chambre était entourée d'étagères de bois rouge. Je venais de pénétrer dans un luxe qui m'était jusqu'alors inconnu. Je sortis de mon sac tous mes livres favoris. Trois. Puis je passai la journée à chercher dans la bibliothèque familiale des NothernWoods Bis tout ce que je pourrais qualifier d'intéressant. A la fin de la journée, les étagères de ma chambre s'étaient déjà bien remplies.

Les premiers mois s'écoulèrent sans encombres. Tcheren s'était détaché de la famille, tout comme moi. Nous avions convenu de nous oublier. De tout recommencer pour être tranquilles. De mon côté, je sentais bien que j'avais été à deux doigts de sombrer dans la même folie que mon père. J'en garderais des séquelles. Il m'arrivait d'entendre la voix de ma mère. Celle de mon père. Ou même, des voix que je ne connaissais pas. Elles parlaient de tout et de rien. Je m'y étais fait. Il m'arrivait même de leur répondre. Seul, dans ma bibliothèque. De composer des quatre mains avec elles. Ces personnes inexistantes. Je savais que tout cela n'était que le fruit de l'imagination d'un jeune homme presque ermite. Mais qu'importe. J'aimais parler seul avec moi-même. J'ai rejoint le Lycée Lutwidge, le seul qui soit privé sur Yokuba. Je ne trouvai pas vraiment de semblable là-bas, alors je me contentais de suivre sans rien dire. je n'étais pas premier dans toutes les matières, mais certaines se démarquaient plus que d'autres, telles que le Français, diamétralement opposé à l'Eps.

Celle île me plaisait. Cette famille aussi. Ma nouvelle petite soeur, Louise, faisait presque mine de me vénérer. elle me suivait partout. Ma nouvelle mère, Alice, me traitait comme elle aurait traité un fils de bientôt seize ans. Je restai renfermé sur moi même mais il m'arrivait parfois de sortir un peu, lire ailleurs que sur la canapé ou sur mon lit. Ainsi, je fis la connaissance de pas mal de monde, dont certaines rencontres étaient plus ou moins recommandables et où la discussion finissait parfois par un combat amical ou nécessaire. Statice écrasait facilement nombre de bêtes. Echo avait un peu plus de mal mais n'était pas qualifiable de faible. Je me débrouillai bien en combats, et pour cause. Je m'étais convaincu qu'un jour, sur la stèle marbrée de l'arène, figurerait mon nom juste après le titre de "Champion de l'arène".

Particularité(s) : J'aurais tendance à parler seul, parfois... Aussi, la couleur unique de mes yeux qui ne se retrouve pas dans les gènes de ma famille.

Image :


Pokémon de départ : Statice (En langage floral, qui ne changera jamais), une Gardevoir Femelle. Echo, une Absol femelle de bas âge, au grand potentiel.

Comment avez-vous connu le forum : D-C de Matt.


Dernière édition par Raven le Sam 20 Oct 2012 - 16:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rio
Kanji de Feu et de Lune
Kanji de Feu et de Lune
avatar

Féminin Messages : 873
Date d'inscription : 18/06/2011
Age : 17
Localisation : Partie revivre cette journée sublime qu'était le départ de ma prof de SVT, quand on dansait tous le Gangman Style sur les tables avec les 6e et les 4e en se bourrant d'Orangina et de bonbecs 8D

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Fini]Oh, un épouvantail.   Sam 20 Oct 2012 - 16:07

Reuh le corbeau, hâte de RP avec toi C:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Okéanos
Time for a Nap.
avatar

Féminin Messages : 177
Date d'inscription : 07/09/2012
Age : 19
Localisation : Free hugs land

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Fini]Oh, un épouvantail.   Sam 20 Oct 2012 - 16:26

Thanks! Et de même, j'espère gagner un peu en activité x3
Sinon, avis aux gentils modos, j'ai fini la fiche!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaya
Modo
Âmes Tourmentées
avatar

Féminin Messages : 601
Date d'inscription : 23/05/2011
Age : 18
Localisation : Derrière les buissons d'amarante

#. Life RPG
Perso(s):

MessageSujet: Re: [Fini]Oh, un épouvantail.   Sam 20 Oct 2012 - 17:14

La gentille modératrice te valide. (;

--------------------------------------------




Autres personnages :

-Nathanaël, Rayquaza

[Je tiens à préciser que "Isaya" se prononce "Issaya".]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fini]Oh, un épouvantail.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fini]Oh, un épouvantail.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» L'Épouvantail des plaines d'Atral
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon Life  :: Général :: Inscription :: Fiches Validées-
Sauter vers: